Architecture


Plan cruciforme, architecture romane : elle fut érigée au XIe siècle. Un ajout du XIIe siècle en forme de petit cloître lui  confère son caractère unique et donne du poids à la légende de Ste Berthe d'après laquelle la Chapelle aurait servi de lieu de culte à un monastère de nonnes voisin.
Des documents du XVe siècle indiquent qu'à cette époque, la Chapelle servait de lieu de culte au Vicariat du quartier Ste Marguerite

Remarquez



L'ossuaire.


Selon, la légende ce seraient des ossements de la guerre des paysans ( 1525), ou alors des  soldats tués lors de la campagne de Turenne (1674/75).
Mais ce pourraient être aussi les restes des habitants d'un village nommé GALLWEILLER, situé à l'Est d'Epfig et qui fut détruit avant le XVe siècle.
Ou, plus probablement, le cimetière trop petit pour le village, obligeait à déterrer les ossements les plus anciens et on les entreposait dans l'ossuaire.

Le cloître.


Ajouté au XIIe siècle, il est unique en Alsace.


Les bénitiers.


Celui qui est situé près de l'entrée daterait du XIIe siècle. L'autre, sur le mur sud, également à l'extérieur, porte une inscription illisible en allemand et serait du XVe siècle.

La croisée du transept.

De style gothique, elle fut rajoutée au XVIe siècle en remplacement d'un plafond en bois.

Les vitraux.

Ils sont également de style gothique. Ils ont remplacé au XVIe siècle les fenêtres d'origine qui étaient plus petites et de style roman comme celles  de la nef et du mur de la porte d'entrée. Les vitraux du choeur représentent  Ste Marguerite et Ste Barbe.

Le choeur.

Sur la voûte, on admire des peintures découvertes lors de la restauration de 1875. Une petite porte en fer à gauche dans le mur forme le tabernacle. La grande porte massive en bois  est celle d'une sacristie qui fut démolie en 1875.


La Chapelle latérale.


Située à droite du choeur, elle fut rajoutée en 1516 (date inscrite sur la voûte). On y voit encore les 12 croix de consécration.


L'embrasure des portails.

Le mode d'assemblage du linteau et des jambages est carolingien. Une découpe leur permet de s'emboîter pour résister à la poussée des murs.