Histoire de la Chapelle



De la chapelle il n'existe pas de documents écrits avant le XVe siècle. Nous devons donc lire dans les pierres et les techniques de construction pour la dater.

Beaucoup d'éléments attestent que la chapelle est contemporaine de la première cathédrale romane de Strasbourg et qu'elle a été construite dans le premier quart du XIe siècle, notamment les marques en arête de poissons et la technique d'emboitement du linteau de la porte principale. Sa galerie-porche qui fait le charme de l' édifice, est unique en Alsace et rare en France. Elle  date du XIIe siècle.

L'ossuaire construit au XIXe siècle sur des fondations anciennes est également difficile à dater. Une analyse faite en 1977 sur 250 crânes a révélé des traces de coups de masses et  d'armes sur des individus, jeunes en majorité et habitués à de lourds travaux. Ces crânes pourraient également être ceux de combattants de la guerre des paysans en 1525. Une autre théorie penche sur le fait que des ossements pourraient provenir du cimetière de Kollwiller, village proche de la chapelle qui a été détruit.

L'origine de la Chapelle remonte vraisemblablement à la création du hameau Sainte Marguerite (distinct  d' EPFIG) dont elle faisait office d' Eglise.

En 895, l'Abbesse Rotrud d'ERSTEIN, Fille de LOTHAIRE 1er, invite HERSENDE, Abbesse du couvent de Blangy en Artois et ses nonnes, à se réfugier en Alsace pour se soustraire aux attaques des Normands. Elles emportent avec elles les reliques de Ste BERTHE, fondatrice de leur Communauté. HERSENDE leur fait construire un couvent "à quatre lieux de son abbaye" en un lieu nommé APSIACUM et les dote de biens pour y vivre en paix. Apsiacum étant le nom latin d'Epfig, tout porte à croire qu'il s'agit bien d'un couvent qui a été construit à proximité de la chapelle.

Ce couvent se situait au Sud de la Chapelle au lieu dit "Der Alte Hof", où on a depuis toujours trouvé des débris de tuiles et briques. Cependant, une fois la paix revenue, les religieuses de Ste Berthe sont reparties vers Blangy.

Vers1516, une chapelle carrée a été rajoutée à l' Edifice, éclairée par une large fenêtre gothique.
En 1601, un incendie endommagea gravement la Chapelle qui fut immédiatement réparée.
En 1659, a été installée une cloche avec l'inscription en allemand "Aus dem Feuer, bin ich geflossen, Melchior EDEL aus Strasburg, hat mich gegossen".
Vers 1870, la Chapelle se trouvait dans un tel état de délabrement que la célébration du Culte y fut impossible.

En 1875, les Monuments Historiques y font exécuter de sérieuses réparations. La Chapelle fut classée Monument Historique en 1876.
En 1995, création de l'Association des Amis de la chapelle Sainte Marguerite pour faire avancer des travaux de restauration qui furent commencer en 1989 pour être achevés en 1997 (deux ans après la création de l'association)

Son but aujourd'hui est de redonner vie à la Chapelle, de contribuer à son embellissement et de faire sa promotion sur l'ensemble de la Route Romane.

Depuis 1995, les Amis de la Chapelle ont participé à la mise en valeur de l'Edifice par un éclairage extérieur, ils ont réhabilité l'ancienne horloge Ungerer, remis en fonction la cloche qui désormais ponctue les demi-heures, heures et angelus de la journée.
Les tombes ancestrales ont été mises en valeur et un pas japonais vous invite au cheminement pour les découvrir.
Un jardin médiéval a été installé en 2002  sur la partie Nord de la Cour, et depuis 2007, un relais de la Route Romane a été construit en face de l'Edifice.

Ceci a été possible grâce au concours de la Région, du Département, de la Commune d'Epfig et  de l'association des Amis de la Chapelle.